jeudi 02 octobre 2014

#BilanTV // Le CSA passe au crible la télévision

Pour sa 2è édition, le « Bilan TV » décortique la télévision belge francophone. Un précieux outil pour zapper intelligemment.


C’est la quatrième fois que le CSA fait – en quelque sorte – le bilan des différents secteurs audiovisuels. Après les nouveaux médias, l’an dernier, le carrousel repasse par la télé, cette année. Le premier « Bilan TV » remonte à 2010. Et en 3 ans, le paysage strictement belge a quelque peu changé. Si Star TV fait son entrée, d’autres diffuseurs ont disparu, comme Liberty TV qui n’aura pas survécu à la crise. Quant à MTV Wallonia et Nickelodéon FR, ils sont en exil aux Pays-Bas où les cieux législatifs sont plus favorables. Généralistes ou thématiques, en 2014, ce sont 40 chaines qui ciblent spécifiquement les Belges francophones (les stations battant pavillon luxembourgeois compris).

Comme tout bilan, l’ouvrage comporte pas mal de chiffres. Parfois intéressants, on y apprend que TV Breizh est mieux suivi qu’ARTE (avec ou sans son label Belgique). Que La Trois possède des audiences et qu’elles tournent bien autour du pourcent de moyenne. Ou que Be1 est le TWIZZ de la télé, tournant autour des 0,4% de parts de marché (certes, il faut s’y abonner pour la regarder). Parfois surprenantes, notamment pour les moyennes créditées aux chaines secondaires. En 2009, Club RTL aurait atteint les 7,4% de PdM à elle seule !

L’étude n’est pas une critique de la programmation, mais un survol complet de ce qui fait la télévision. Les éditeurs, bien sûr, mais aussi la production et la création. On y découvre que chaque semaine, ce sont 180 heures de programmes belges francophones qui sont diffusés par nos télés. Chaque chapitre est éclairé par une interview d’un acteur du secteur. L’occasion par exemple de lire un – trop rare – mini-entretien avec Philippe Zrihen sur les raisons du changement d’actionnariat d’AB3. Ou le patron des Télés Locales qui parle des réformes des services publics audiovisuels.

La présentation de l’ouvrage a été ponctuée par trois exposés. La création de l’association TV Prod, en octobre dernier, par la voix de sa coprésidente Anne Franck (« L’Amour est dans le pré », « Fata Morgana »,…) a mis en lumière un cloisonnement du marché où un producteur habitué des plateaux du service public aura peu de chances de se retrouver sur les médias privés (et vice-versa). Chose que dément en force Jean-Paul Philippot. L’administrateur de la RTBF, qui, dans son exposé sur la RTBF en tant que partenaire, n’a par contre pas manqué d’envoyer de (trop) nombreuses piques à RTL. Enfin, pour la petite histoire, on notera que dans son discours, le Secrétaire Général de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Frédéric Delcor, a beaucoup parlé de Belgique fédérale et de Communautés culturelles mais a oublié que depuis 1977, la RTB prend un ‘F’ !

L’objectif d’un tel bilan est de stimuler le débat dans le secteur et susciter des projets de recherche sur la télévision. Un immanquable pour les passionnés de télé, aussi.

L’an prochain, ce sera la radio qui sera à l’honneur pour l’année de son centenaire en Belgique. Le CSA ne manquera pas de célébrer l’évènement comme il se doit.

> Le Bilan TV 2è édition est disponible sur simple demande auprès du CSA ou en format PDF, ici.

Pierre Bertinchamps

Ill. © CSA

Comments Closed

Voir la version mobile de la page